Catherine de Médicis – Nous sommes tous des Catherine. Destin Français de Eric Zemmour

D8963B8F-E264-490E-850F-AE11F0EAB58C_1_201_aRoturière, orpheline, mais seule héritière d’une prestigieuse famille, laide mais intelligente et raffinée, Catherine arriva à Paris à 14 ans. Émule d’Érasme, elle n’était sensible ni aux calculs politiques ni à la raison d’État et avait pour objectifs la paix et le respect de la morale chrétienne, en privé comme en politique.

Elle chercha toujours la concorde entre catholiques et protestants, s’entourant de conseillers huguenots et refusant de prendre parti dans le soulèvement de la Hollande protestante contre l’Espagne catholique.

Face à elle, les chefs protestants, le duc d’Orange, Coligny, Condé, affichaient avec suffisance leur ambition d’importer en France les principes de démocratie et de décentralisation selon lesquels était régi l’État de Genève. En outre, la lecture directe des textes prônée par la nouvelle foi séduisait par sa rigueur et constituait une nouvelle élite. Catherine sentant le royaume menacé tergiversa avant d’ordonner le 24 août 1572 de tuer les chefs huguenots. La population, étourdie par cette violence prit part au massacre.

Le Pape, très satisfait, fêta l’événement par un Te Deum et une médaille commémorative. En revanche, une partie de l’aristocratie souhaitait l’apaisement. Les états généraux, réunis en 1576 pour tenter de réconcilier les deux camps, s’achevèrent sur la conclusion que la France voulait rester catholique.

Le massacre de la Saint-Barthélemy qui réduisit à néant l’espoir des huguenots de convertir la France fut largement exploité par les protestants et par les anticléricaux du XIXe siècle pour condamner l’Église et écrire la légende noire de Catherine de Médicis. Pourtant, elle avait cherché obstinément la conciliation entre catholiques et protestants, n’agissant que sur le plan politique, s’attaquant à la subversion huguenote, pas à la religion réformée, posant les bases de la séparation du spirituel et du temporel qui fonde notre morale laïque.

Nos élites devraient réaliser que la faiblesse dont elles font preuve face à l’Islam et à la subversion qu’il véhicule ressemble beaucoup à celle de Catherine vis-à-vis des Huguenots. Catherine c’est notre époque.

Commentaires : Catherine de Médicis, en ordonnant le massacre de la Saint-Barthélemy, aurait donc fait un pas vers la laïcité. Son action ne visait-t-elle pas plutôt à faire en sorte que la France restât un pays catholique ? Il faut vraisemblablement comprendre que les actuels défenseurs de la laïcité sont avec l’islam dans une situation identique à celle dans laquelle se trouvait Catherine avec le protestantisme.  Leur tentative de séparer la foi de l’ambition politique est vouée à l’échec et la situation risque de dégénérer en guerre civile. L’analogie est intéressante mais Éric Zemmour confond catholicisme et laïcité. Il n’est pas le seul.

Il semble qu’une autre leçon puisse être tirée du massacre de la Saint-Barthélemy. On reproche aujourd’hui à l’islam d’être une religion violente en écho au contenu indéniablement violent du Coran. Ce qui s’est passé le 24 août 1572, ainsi que bien d’autres épisodes de l’histoire, montre qu’une religion basée sur un texte non-violent peut aussi être à l’origine d’un déchaînement de sauvagerie sanguinaire. Cela montre que le comportement des fidèles d’une religion n’est pas lié à ses mythes ou du moins, il n’entretient avec eux qu’un rapport secondaire. Il répond avant tout à d’autres règles. Une religion n’est pas qu’une foi, qu’une croyance dans un message divin délivré il y a fort longtemps. Elle se caractérise principalement par la communauté de fidèles, unie par un système complexe de règles et d’obligations, de droits et de coutumes, transmis au fil des générations. Lorsque cette communauté s’estime menacée dans ce qu’elle considère comme ses droits ou qu’elle est contrariée dans ses projets, sa réaction est toujours violente.

Dommage que les préjugés d’Éric Zemmour ne lui aient pas permis de suivre cette piste.

Destin Français – Eric Zemmour

Une réflexion sur “Catherine de Médicis – Nous sommes tous des Catherine. Destin Français de Eric Zemmour

  1. […] Catherine de Médicis, roturière, orpheline, laide, intelligente, raffinée, venue d’Italie à 14 ans, qui dut se résoudre à réduire dans le sang l’ambition des huguenots de convertir la France après avoir obstinément cherché la conciliation entre catholiques et protestants. Son action, guidée exclusivement par la politique, posa les bases de la séparation du spirituel et du temporel qui fonde notre morale laïque. Article complet – Catherine de Médicis. […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s