Hubert Reeves à la fête du livre – 27 mai 2008

Hubert Reeves

Depuis des années il nous fait partager son émerveillement pour le cosmos. De temps à autre, il nous emmène à Malicorne, le village du nord de la bourgogne où il aime se ressourcer, pour nous faire ressentir l’harmonie de la nature, le lien entre l’Univers, les galaxies, les étoiles et nos existences terrestres et éphémères. Mais après nous avoir enivré de la beauté du monde, c’est la gueule de bois. Il prend conscience que l’activité humaine modifiera bientôt radicalement et définitivement la vie sur la Terre si elle se poursuit dans les conditions actuelles et si les bonnes décisions ne sont pas prises. L’écologie est désormais son urgence, son combat.

Hubert Reeves était à la fête du livre de Talloires ce dernier dimanche de mai pour raconter son parcours et nous faire partager ses engagements. 

Un astrophysicien-conteur

Pour concilier son amour de la science et le goût de raconter des histoires qu’il tient de sa grand-mère, Hubert Reeves a choisi d’être astrophysicien. Le cosmos et les étoiles sont en effet un sujet qui interpelle chacun d’entre nous et dont on peut parler sans faire appel à des notions mathématiques complexes et indigestes, contrairement par exemple à la mécanique quantique.

Beaucoup de scientifiques considèrent la littérature comme une activité inutile et peu sérieuse. Beaucoup de littéraires considèrent la science comme opaque et ennuyeuse. Hubert Reeves refusa cette opposition. Il serait un scientifique afin de chercher à comprendre le réel et s’exprimerait dans une langue imagée et poétique pour ne pas se dessécher. Science et littérature lui ont toujours paru indissociables.

Lors de ses débuts, il a comme tous les jeunes chercheurs rêvé de devenir Galilée ou Einstein. Puis cette ambition s’est transformée en désir d’apporter sa part au corpus scientifique.

Un pédagogue

Hubert Reeves a pris le parti de la naïveté et de l’image. Un pédagogue ne doit pas décourager son auditoire en tenant un discours hermétique pour le plaisir de briller, ni l’offenser en sous estimant ses capacités ou ses connaissances. Il doit toujours tenter de s’adapter à son public. Dans le fait d’enseigner quelque chose à quelqu’un, l’important est le quelqu’un. Mais la réalité est complexe et bien souvent contre intuitive. La réalité est étrange, bien plus étrange que nous le pensons, bien plus étrange que nous sommes en mesure de le penser (J.B.S. Haldane). Un discours imagé qui fait le lien entre la théorie et la réalité vécue permet de mieux se faire comprendre.

La démarche scientifique au quotidien

Aucun scientifique, même de très haut niveau, ne refait l’ensemble des expériences de ses prédécesseurs. Il poursuit leurs travaux à partir des résultats à sa disposition. La démarche scientifique s’inscrit dans la confiance. Ainsi, un professeur de physique du secondaire ne possède généralement pas les connaissances pour retrouver expérimentalement les lois de la mécanique quantique ou de la relativité qu’il enseigne à ses élèves.  Il est dans une attitude de confiance.

La science ne relève pas du domaine de la croyance car elle ne prétend pas dire le vrai. Elle vise à exprimer des choses plausibles. La théorie du Big Bang est plausible. Si des exceptions à une théorie sont mises en évidence alors il faut l’élargir pour intégrer ces phénomènes dans une nouvelle théorie plus vaste. Rien dans la science n’est définitif. Les théories scientifiques actuelles contiennent aussi des incohérences qui nécessitent de poursuivre le travail de recherche.

L’engagement en faveur de l’écologie

Dans les années 1980 et 1990, Hubert Reeves a pris conscience des menaces qui pèsent sur notre planète. Restera-t-elle vivable ? Si nous poursuivons sur la trajectoire actuelle, tout laisse à penser que l’avenir sera très moche. L’avenir dépend des décisions qui sont prises aujourd’hui.  

Nous devons faire en sorte que notre intelligence ne conduise pas à notre propre destruction. Pensons, entre autres folies, que les rythmes de pêche sont deux fois supérieurs aux capacités de reproduction des poissons.

Il est utile de se rappeler la guerre froide : au lendemain de la deuxième guerre mondiale, l’espèce humaine a bien failli être balayée, victime de son intelligence, de sa créativité et de sa redoutable efficacité.

Aujourd’hui, alors qu’il y a urgence à sauver la planète, la plupart d’entre nous refusent de voir la réalité. Alors que le réchauffement climatique est devenu une certitude, il existe toujours des climatosceptiques qui nient l’évidence parce que cela les arrange. Cette attitude de déni intéressé est ce que l’on appelle au Québec le PFH. Le putain de facteur humain.

L’avenir dépend de nous

On ne peut prédire ce qui se passera dans l’avenir. Les prophéties se sont toujours révélées fausses. Les avancées scientifiques ne sont en elles mêmes ni bonnes ni mauvaises. La science nous enseigne comment faire quelque chose mais reste muette sur la question de savoir s’il est bien de le faire. Ce type de jugements relèvent de la morale, de la philosophie et de la religion. Il est important que ces deux domaines restent séparés. Leurs mélanges ont donné des catastrophes comme l’eugénisme prôné par les nazi. Comme la maitrise du feu il y a 400 000 ans, l’atome, l’électricité et l’intelligence artificielle peuvent conduire à des applications utiles ou néfastes. Tout dépend de la façon dont on décide de les utiliser. 

La maitrise des réactions nucléaires permet de soigner et c’est une bonne chose. Mais son utilisation pour produire de l’électricité est très dangereuse et doit être abandonnée au plus vite. Les accidents récents sont là pour en témoigner. On peut se demander comment les scientifiques japonais, parmi les meilleurs au monde, ont pu construire la centrale de Fukushima sur une zone instable, exposée aux tsunamis avec une protection dérisoire contre la montée des eaux. La réponse est que sécurité et profit ne font pas bon ménage. De la même façon que les climatosceptiques ne veulent pas croire au réchauffement climatique, les scientifiques japonais n’ont pas voulu croire à une catastrophe nucléaire à Fukushima. Ils ont cru ce qui les arrangeait. Le PFH encore…

A la question Pourquoi voulez-vous gravir l’Everest ? l’alpiniste George Mallory répondit Parce qu’il est là. Cette réponse illustre la nature curieuse de l’homme et son goût pour les défis. Sa nature l’a conduit à développer des techniques toujours plus performantes et à accroitre sa puissance.  Aujourd’hui, l’humanité doit se demander que faire de cette puissance.

La solution viendra du coeur

La première chose à faire pour sauver la Terre est de laisser le pétrole et les sources d’énergie fossiles là où elles sont et de développer les énergies renouvelables. Si nous brûlons l’intégralité des ressources fossiles, la température augmentera de 5°C, ce qui n’est pas tenable. Des gens mourrons. La deuxième chose à faire est de réduire sa consommation de viande, sans forcément devenir végétarien. Une calorie de bœuf nécessite dix calories végétale pour la produire.

Tant qu’on verra la Terre avec son mental, on n’agira pas correctement. Les actions à conduire pour sauver la planète sont très bien connues mais rares sont ceux qui acceptent de s’y résoudre. Pour faire agir les êtres humains, il faut toucher leur cœur, parler à leurs affects. C’est l’objectif du film La Terre vue du cœur auquel Hubert Reeves a participé. Prendre le problème à cœur, réintroduire la dimension affective dans la question de l’écologie.

Questions du public

Que pensez vous de l’avenir de la fusion nucléaire ?

On ne sait pas si elle sera possible un jour sur Terre. Le projet ITER a été mis sur pied pour explorer cette voie. Une telle réaction nécessite d’atteindre des température de 80 000 000 °C alors que tous les corps solides fondent en dessous de 10 000 °C. Le confinement du plasma par des champs magnétiques ne permet pas jusqu’ici une parfaite étanchéité. Il ne faut donc pas compter sur cette solution pour l’instant. (Nota : Précisons que la fusion nucléaire consiste à faire réagir un noyau de deutérium et un noyau de tritium pour obtenir un noyau d’hélium, l’émission d’un neutron et l’énergie recherchée).

Que pensez vous du retour en force des créationistes ?

Il est consternant de voir que des milliards de gens, dont le président américain, croient que l’Univers a 6000 ans  ainsi que bien d’autres choses qu’un cerveau qui fonctionne normalement ne peut pas admettre. 

On a cru à au XIXe siècle avec Auguste Comte que la religion allait reculer face à la rationalité. Cela n’a pas été le cas et on voit aujourd’hui des créationistes et des islamistes radicaux qui s’arrangent avec leur croyance pour gagner en puissance. Le PFH toujours… Il y a un retour indéniable vers les formes primitives des religions.

Qu’est-ce que le temps ?

Saint Augustin a dit Qu’est-ce donc que le temps ? Quand on me le demande pas je le sais mais dès qu’on me le demande et que je tente de l’expliquer, je ne le sais plus. On peut se demander depuis combien de temps le temps s’écoule. Les plus vieux objet du cosmos ont 14 milliards d’années. Y avait-il du temps avant eux ? On ne peut pas le dire.

A la question Que faisait Dieu avant la création du monde ? On fait répondre au même Saint Augustin : Il préparait l’enfer pour ceux qui poseraient la question.

Une approche expérimentale réalisable par tout le monde est de fermer les yeux et essayer de ressentir le temps qui nous traverse.

Que faire pour soutenir la protection de la planète, comment les jeunes peuvent-ils s’engager ?

Il faut adhérer aux associations de protection de l’environnement. Plus elle auront de membres, plus elles représenteront un interlocuteur puissant face aux autorités et aux Etats. Hubert Reeves soutient en particulier l’association Humanité et biodiversité dont il a été le président. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s